Chaque série de paysages, soit onze aquarelles, est/sera tirée d’un voyage dans un jeu video openworld. Monde virtuel où la liberté de mouvement et d’action est totale.

L’aquarelle s’est imposée d’elle même comme médium, de par son faible encombrement et la possibilité d’une exécution technique rapide correspondant bien à la peinture en extérieur.
 
 

Série n°1 : Skyrim – the elder scrolls V

 

Présentation galerie Dix9 – Paris